Décryptage sur les différents types de dettes

12/21/2023
les différents types de dettes personnelles et professionnelles

Comprendre et maîtriser les différents types de dettes 

La première étape d’une gestion budgétaire réussie réside dans la compréhension des divers mécanismes économiques, souvent jugés complexes de par leurs subtilités. Une parfaite connaissance et maîtrise des obligations et charges financières demeure essentielle, tant pour les particuliers que pour les professionnels. Apirem vous propose un tour d’horizon des différents types de dettes.  

Dette : Définition et compréhension 

Par définition, une dette représente une obligation financière ou une somme d’argent due à une autre partie, généralement un prêteur ou un créancier. Ces obligations financières sont la plupart du temps classées en deux catégories : la dette à court terme et la dette à long terme. 

La dette à court terme englobe les charges financières nécessitant un remboursement dans un délai d’un an ou moins. Cette catégorie inclut couramment les découverts bancaires, les dettes fournisseurs, les emprunts à court terme, ainsi que les charges à payer. 

À l’inverse, la dette à long terme sont des engagements financiers s’étendant sur une plus longue période, dépassant un an en règle générale. Elles concernent fréquemment les prêts bancaires, les emprunts obligataires, les crédits-bails, les hypothèques ou encore les pensions. 

Une dette est généralement contractée dans le but de financer divers besoins ou projets tels que l’acquisition de biens immobiliers, de véhicules, d’équipements, ou même le lancement d’une activité professionnelle. Ce processus de financement peut mener à un endettement si les fonds ne sont pas gérés avec prudence. Si elles offrent l’avantage de fournir des liquidités immédiates, les dettes impliquent également le versement d’intérêts et le respect d’échéances spécifiques, contribuant ainsi à l’augmentation de l’endettement global.

Il est essentiel de prendre l’intégralité de ces facteurs en considération afin d’assurer une planification financière judicieuse et durable. La gestion efficace de l’endettement est cruciale pour éviter que la dette ne devienne insoutenable. Une mauvaise gestion de l’endettement peut entraîner des difficultés financières sévères, notamment lorsque les paiements des intérêts et le remboursement du capital deviennent un fardeau trop lourd. Ainsi, un équilibre doit être trouvé pour maintenir un niveau d’endettement gérable tout en réalisant les objectifs financiers souhaités.

À lire : Que faire en cas d’endettement : les pratiques courantes 

 

Différence entre créance et dette 

Une créance se définit comme le droit de réclamer le paiement d’une somme d’argent ou d’une prestation auprès d’une autre partie, généralement un débiteur ou un client. Elle se distingue ainsi de la dette, dans la mesure où le créancier détient la créance, tandis que le débiteur est redevable de la dette. Relativement subtile, cette distinction a des implications significatives en matière de gestion financière et de responsabilités légales. 

L’origine d’une créance peut résulter d’un contrat, tel qu’une transaction de biens ou de services, ou d’un acte juridique, comme une reconnaissance de dette ou un jugement. Une créance peut également être considérée comme exigible, permettant au créancier de réclamer un paiement immédiat, ou à échoir, fixant la date de paiement à l’avenir. 

Les créances revêtent une importance particulière pour le créancier, représentant des actifs qui sont enregistrés au bilan comptable d’une entreprise sous la rubrique « créances ». Cependant, elles sont également soumises à divers risques, notamment le retard de paiement, le défaut, ou encore l’insolvabilité potentielle du débiteur.  

Les dettes personnelles 

Les dettes personnelles sont les dettes contractées par un particulier pour ses besoins personnels ou familiaux, sans rapport avec une activité professionnelle. Elles peuvent, par conséquent, être de différentes natures, telles que : 

  • Les dettes de consommation, liées à l’achat de biens ou de services courants tels que l’alimentation, l’habillement, les loisirs, etc. Elles peuvent être financées par des crédits à la consommation, des cartes de crédit, des découverts, etc. ; 
  • Les dettes immobilières relatives à l’achat, la construction ou la rénovation d’un logement. Elles sont généralement financées par des crédits immobiliers, des prêts aidés, des prêts relais, etc. ; 
  • Les dettes fiscales est une obligation financière envers l’administration fiscale. La dette fiscale inclut généralement le paiement des impôts et des taxes dus par le particulier, comme l’impôt sur le revenu, la taxe d’habitation, la taxe foncière, etc. ; Le non-paiement de cette dette fiscale peut entraîner des démarches coercitives de la part de l’administration fiscale, telles que des saisies. Il est donc crucial pour le particulier de résoudre sa situation éviter l’escalade de la dette fiscale et ses conséquences.
  • Les dettes familiales, liées aux obligations alimentaires ou aux prestations compensatoires dues par le particulier, comme la pension alimentaire, la prestation compensatoire, etc. 

Les dettes personnelles peuvent entraîner de véritables difficultés financières, notamment en cas de baisse de revenus, de chômage, de divorce ou encore de maladie. Être dans l’incapacité de répondre à ses engagements économiques expose à un risque majeur : le surendettement.  

Les dettes professionnelles 

Contractées par un professionnel pour les besoins de son activité au sein de son entreprise, les dettes professionnelles peuvent concerner aussi bien les personnes physiques (entreprises individuelles, entreprise unipersonnelle, professions libérales, etc.) que les personnes morales (SARL, SASU etc …) . Les dettes professionnelles peuvent être de différentes natures, telles que : 

  • Les dettes fournisseurs, regroupant l’achat de biens ou de services nécessaires à l’activité professionnelle, à l’image des matières premières, des équipements, des sous-traitants ; 
  • Les dettes salariales, liées au paiement des salaires et des charges sociales dues aux employés, comme le salaire net, les cotisations patronales, les primes, ou encore les indemnités ; 
  • Les dettes fiscales, relatives au paiement des impôts et des taxes dus par le professionnel ; 
  • Les dettes financières, concernant les divers financements de l’activité tels que les emprunts bancaires, les crédits-bails, les découverts, etc. 

Bon à savoir : Une dette professionnelle représente un passif pour l’entreprise, inscrits au bilan sous la rubrique « dettes » du bilan. Elles sont sujettes à des risques tels que la baisse du chiffre d’affaires, la concurrence, voire la faillite. En cas d’incapacité à les honorer, le professionnel peut être confronté à une cessation des paiements, caractérisée par l’impossibilité de régler sa dette avec ses actifs disponibles. Dans ce cas, une déclaration de cessation des paiements au tribunal compétent déclenche l’ouverture d’une procédure collective, comme le redressement judiciaire, la sauvegarde ou la liquidation judiciaire de son entreprise.

 

La compréhension des divers types de dettes, qu’elles soient personnelles ou professionnelles, est un pilier fondamental d’une bonne gestion financière. Reconnaître leurs spécificités permet non seulement d’éviter les pièges du surendettement, mais également de naviguer avec assurance dans le monde complexe des finances.