Peut-on obtenir un prêt sur gage immobilier ? 

11/26/2023
Peut-on obtenir un prêt sur gage immobilier

Le prêt sur gage immobilier est-il légal ?

Le prêt sur gage immobilier, toujours présent en théorie dans le système économique français, se révèle aujourd’hui être une option totalement obsolète. Ce type de crédit hypothécaire municipal, consistant à mettre en gage un bien immobilier en échange d’un prêt, n’est en réalité jamais pratiqué par les institutions bancaires. En revanche, d’autres formes de financement se sont imposées, offrant davantage de sécurité à l’emprunteur et constituant des alternatives nettement plus encadrées par la loi. Décryptage sur le fonctionnement du prêt sur gage immobilier et sur les solutions jugées plus avantageuses et fiables.

Le prêt sur gage immobilier en France

Définition et concept du prêt sur gage immobilier

Pour bien comprendre le prêt sur gage immobilier, il convient d’abord d’en saisir la définition. Dans ce cas de figure, pour obtenir un prêt, l’emprunteur met en garantie un bien immobilier, cédant temporairement la propriété du bien au créancier. Le bien en question, sert d’objet de garantie pour sécuriser le prêt et son montant varie généralement en fonction de la valeur marchande du bien. Une fois le crédit acquitté, le bien lui est restitué. À défaut de remboursement, le prêteur est en droit de vendre le bien s’il n’a pas récupéré la somme empruntée à la fin du délai convenu.

Auparavant, le prêt sur gage immobilier était utilisé pour financer différents besoins tels que le financement d’un projet personnel, le remboursement de dettes ou encore l’investissement. L’avantage de ce type d’emprunt était la durée de remboursement. En effet, cette dernière était adaptée au client en fonction du montant du prêt et de la situation financière de l’emprunteur.

Même s’il est défini à l’article 2287 du Code civil, il est important de souligner que le prêt sur gage immobilier est une pratique datant de l’époque moderne. Ce financement n’étant plus commercialisé en France, les établissements bancaires ne proposent plus ce type de crédit depuis quelques siècles. De nos jours, d’autres produits financiers ont désormais pris le relais pour permettre aux propriétaires de mobiliser la valeur de leur patrimoine immobilier.

Le prêt sur gage immobilier est-il légal ?

En France, les institutions prêteuses sont soumises à des réglementations légales strictes les obligeant à évaluer la capacité de remboursement de l’emprunteur et à éviter toute participation à des montages de crédit abusifs. En conséquence, les banques préfèrent recommander des formules de prêt proposant plus de sécurité et de protection tant pour leurs intérêts à elles que pour ceux des emprunteurs. Ces modes de financement alternatifs offrent des mesures de financement plus adaptées aux besoins actuels des consommateurs.

Bien que le prêt sur gage immobilier ait été une option légale jusqu’au XVIIIe siècle, il est désormais obsolète et remplacé par des formules plus modernes et mieux adaptées aux exigences du marché à l’instar des crédits hypothécaires. Les emprunteurs à la recherche de solutions de financement innovantes trouveront dorénavant d’autres possibilités pour tirer parti de leur patrimoine immobilier.

Les alternatives au prêt sur gage immobilier

Le prêt hypothécaire

Le fonctionnement prêt hypothécaire permet à un propriétaire de dégager des liquidités grâce à son patrimoine immobilier. En effet, le but de ce crédit est d’emprunter de l’argent en mettant en garantie son bien immobilier. Le prêt hypothécaire fait partie des différentes types de financement bancaires. Son montant varie en fonction de le valeur du bien et de la situation financière de l’emprunteur. Il permet d’obtenir des conditions de prêt généralement plus favorables. En cas de non-remboursement par l’emprunteur, le créancier a la possibilité de saisir le bien hypothéqué.

La vente à réméré

Relativement méconnue, mais extrêmement flexible, la vente à réméré est une opération par laquelle un propriétaire vend son bien immobilier en se réservant le droit de le racheter dans un délai déterminé au préalable et moyennant le remboursement du prix de vente et d’une indemnité d’occupation. Particulièrement avantageuse pour les propriétaires confrontés à un besoin urgent de liquidités, ce mécanisme financier permet à la fois de continuer à jouir de son logement et de le récupérer à la fin du délai convenu afin de préserver son patrimoine. Soumise aux règles légales et régie par le Code civil, la vente à réméré doit être réalisée devant un notaire.

Cette option présente de nombreuses caractéristiques et possède de réels atouts :

  • Elle offre une solution rapide et efficace pour faire face à des difficultés financières, comme le surendettement, les impayés, ou les saisies ;
  • Elle permet de bénéficier d’un taux d’intérêt plus avantageux que celui des crédits à la consommation, le bien immobilier servant de garantie à l’acheteur ;
  • Elle évite de perdre définitivement la propriété de son bien immobilier, à condition de respecter les modalités du contrat de réméré.

La vente en viager

Mécanisme financier plutôt singulier dans le domaine de l’immobilier, le viager consiste à vendre un bien immobilier à un tiers en échange d’une rente périodique, mensuelle, trimestrielle ou annuelle. Cette rente est assortie d’une somme forfaitaire, appelée « bouquet », versée au moment de la signature de l’acte de vente.

Le débirentier, à savoir l’acheteur, s’engage à verser une rente viagère à vie au crédirentier, par conséquent, le vendeur. Cependant, le viager a une particularité qu’il est essentiel de connaître : au décès du crédirentier, la rente cesse automatiquement, et le débirentier devient entièrement propriétaire du bien, sans formalités supplémentaires.

Pour que la vente soit pleinement valide, le décès du vendeur se doit d’être imprévisible. En d’autres termes, l’acheteur ne doit pas avoir connaissance d’une maladie dont souffrirait le crédirentier au moment de la signature de l’acte de vente.

Le « viager occupé », quant à lui, est une variante à distinguer. Dans ce cas, le vendeur conserve l’usufruit ou un droit d’usage du bien vendu jusqu’à son décès. Cela signifie qu’il peut continuer à habiter dans le logement et à en bénéficier personnellement sans avoir, cependant, la possibilité de le louer.

En toutes circonstances, comme pour toutes les opérations immobilières, un acte authentique de vente doit être établi par un notaire, afin de garantir la légalité de cette transaction, également régie par le Code civil.

La vente à terme

La vente à terme est une solution alternative intéressante au prêt sur gage immobilier. Dans ce dispositif, le vendeur cède son bien immobilier à un acquéreur contre une somme d’argent versée en plusieurs échéances sur une période définie. Contrairement au prêt sur gage où la propriété est hypothéquée pour obtenir un prêt, la vente à terme transfère progressivement la propriété au nouvel acquéreur, tout en permettant au vendeur de bénéficier de revenus réguliers.

Pratique dépassée depuis de nombreuses décennies, le prêt sur gage immobilier a désormais cédé la place à des solutions de financement bien plus appropriées pour répondre aux besoins de trésorerie. Entre prêts immobiliers traditionnels, crédits hypothécaires ou financements plus spécialisés, l’élément essentiel réside dans la nécessité d’être accompagné par des experts en droit et en crédit afin d’assurer le succès de l’opération.

À lire : Guide pour réussir le financement de son achat immobilier