Que faire en cas de dossier de surendettement irrecevable ?
05/21/2024
Que faire en cas de dossier de surendettement irrecevable ?

Comment faire face à un refus de dossier de surendettement?

 

Face à une accumulation de dettes parfois insurmontable, le recours à la commission de surendettement auprès de la Banque de France peut s’avérer être une véritable issue. Toutefois, certaines demandes sont refusées pour diverses raisons ou critères non remplis. Comment réagir en cas de dossier de surendettement irrecevable ? Quelles sont les alternatives à envisager pour reprendre le contrôle de sa situation financière ? Gros plan sur les multiples motifs de refus et les solutions à envisager pour retrouver une certaine stabilité économique.

Comprendre les motifs d’irrecevabilité

Lorsqu’une personne se retrouve dans une situation financière complexe et possède des difficultés à rembourser ses dettes, elle est en droit de soumettre un dossier à la commission de surendettement des particuliers auprès de la banque de France. Il arrive cependant que parmi ces demandes, certaines soient rejetées pour plusieurs motifs.

Voici les raisons courantes pour lesquelles une demande peut être jugée irrecevable :

Insuffisance de dettes financières : la commission de surendettement est principalement destinée à aider les individus dépassés par des dettes dites financières (crédits, prêts bancaires, dettes fiscales, etc.). Dans le cas de dettes telles que des amendes, des dettes envers des particuliers ou des pensions alimentaires non payées, le dossier risque d’être rejeté.

Revenus trop élevés : si les revenus du demandeur dépassent le seuil défini, le dossier peut être considéré comme irrecevable. Dans ce cas précis, il est supposé que la personne a la capacité de gérer ses dettes avec un plan de paiement approprié.

Dettes professionnelles : étant liées à une activité professionnelle, elles ne sont généralement pas prises en compte dans les dossiers de surendettement des particuliers. Les entrepreneurs et les indépendants avec des dettes professionnelles doivent généralement se tourner vers d’autres formes de soutien ou de procédures comme la liquidation ou la faillite personnelle.

Manque de bonne foi : un dossier peut être rejeté si la commission juge que le demandeur n’a pas agi de bonne foi. Divers motifs peuvent être concernés : l’omission volontaire de certaines créances ou de certains actifs, la contraction de nouvelles dettes malgré la situation de surendettement déjà connue, ou des tentatives de fraudes antérieures.

Documents incomplets ou incorrects : la recevabilité d’un dossier dépend également de la qualité des documents fournis. Un dossier mal rempli, des pièces justificatives manquantes ou des erreurs dans les informations fournies peuvent mener à un rejet pour irrecevabilité technique.

Redressement déjà en cours : si le demandeur est déjà engagé dans une autre procédure légale de traitement de dettes, à l’image d’un redressement judiciaire, la commission peut considérer que les mécanismes en place sont suffisants ou adaptés à la situation et déclarer le dossier de surendettement comme étant irrecevable.

A lire : Plan de surendettement : Comment peut-on procéder au défichage ?

Comment savoir si mon dossier a été accepté ?

Une fois la demande effectuée auprès de la Banque de France, la commission de surendettement examine les dossiers soumis et prend une décision quant à leur recevabilité. Le demandeur est alors informé par lettre de l’acceptation ou du rejet de son dossier.

Relativement complexe, le processus d’évaluation et de décision peut impliquer diverses étapes juridiques dans lesquelles le juge intervient. Mais quel est véritablement son rôle dans l’analyse et le contrôle du dossier de surendettement ?

Vérification de la légalité et de la justesse de la procédure : le juge assure que la commission de surendettement a parfaitement suivi la procédure et que la décision demeure conforme aux lois en vigueur.

Examen des recours : si le dossier est jugé irrecevable par la commission et que le débiteur conteste cette décision, il est en droit de faire appel devant le tribunal. Le juge d’exécution (JEX) réexamine alors le dossier dans son intégralité pour vérifier si la décision initiale était juste et fondée.

Médiation entre les parties : dans certains cas, le juge peut agir en tant que médiateur entre le débiteur et ses créanciers. Cette médiation vise à trouver un accord mutuel pouvant conduire à une révision du plan de redressement ou à une autre solution adaptée à la situation financière du débiteur.

Imposition de mesures de redressement : en cas d’acceptation du dossier, le juge peut également être appelé à imposer des mesures spécifiques pour le redressement financier du débiteur. Ces mesures peuvent inclure la restructuration des dettes, la vente d’actifs non essentiels, voire l’effacement de certaines dettes en fonction des circonstances.

Suivi du dossier : enfin, le juge peut être impliqué dans le suivi du dossier pour s’assurer que les mesures imposées sont respectées et que le débiteur progresse vers une situation financière stable.

Les solutions en cas de dossier de surendettement irrecevable

Lorsqu’un dossier de surendettement est jugé irrecevable par la commission de surendettement, plusieurs alternatives peuvent être envisagées afin de résoudre ses dettes financières et tenter de retrouver une certaine stabilité économique.

Faire un recours à la Banque de France

Ce recours est adressé à la commission de surendettement des particuliers à la Banque de France. Il est important de réagir rapidement et de respecter le délai légal de contestation. Par ailleurs, le recours doit être bien fondé, en apportant de nouveaux éléments ou en corrigeant les erreurs initiales ayant conduit à l’irrecevabilité. La commission réexamine ainsi le dossier à la lumière des nouvelles informations fournies. Dans le cas où le recours est accepté, la procédure de demande recommence de zéro.

Pour cela, il est souvent recommandé de rédiger une lettre détaillée, éventuellement avec l’aide d’un avocat, afin de garantir la précision des arguments présentés. Il peut être également utile de vérifier les conditions de recevabilité du dossier et de fournir toutes les pièces justificatives relatives à votre situation financière, y compris les contrats de crédit en cours. En respectant ces étapes, vous vous assurez de faire valoir votre droit à un réexamen équitable de votre demande.

La vente à réméré pour solder ses dettes

Intéressante pour les personnes possédant un bien immobilier, la vente à réméré (ou vente avec faculté de rachat) est une option moins connue, mais particulièrement judicieuse. Ce mécanisme financier consiste à vendre temporairement sa propriété à un investisseur avec la possibilité de la racheter dans un délai convenu, généralement entre 6 mois et 5 ans. Le prix de rachat est fixé à l’avance et inclut une indemnité d’occupation que le vendeur continue de payer pendant qu’il occupe les lieux. Cette option permet de régler immédiatement ses dettes tout en offrant la possibilité de récupérer le bien et de conserver son patrimoine immobilier une fois la situation financière stabilisée.

Relativement différentes sur bien des aspects, ces solutions offrent une issue favorable dans la gestion et le recouvrement des dettes notamment en cas de dossier de surendettement irrecevable. Il est cependant conseillé de consulter des spécialistes pour évaluer la meilleure stratégie à adopter. Vous souhaitez en savoir plus sur la vente à réméré ? Chez Apirem, nos professionnels du droit et de l’immobilier vous guident et vous accompagnent dans votre projet, selon vos besoins. Contactez-nous !